photo fevrier

L'Amour

Lorsque j’avais 8 ans, j’ai eu un mauvais bulletin, comme cela pouvait arriver à beaucoup d’enfants.

Mais ce mauvais bulletin a provoqué en moi un sentiment de honte tel que j’avais peur de ne plus être aimée par mes parents. Cette peur m’a poussé à une tentative de suicide. Du haut de mes 8 ans, je me suis allongée sur mon lit, j’ai pris un coussin et j’ai tenté de m’étouffer avec. Heureusement, je n’ai pas tenu plus de quelques secondes. J’ai gardé cet acte pour moi pendant de nombreuses années, comme un souvenir enfuit. Jusqu’à ce que ces pensées suicidaires deviennent mon quotidien.

J’avais alors 19 ans, j’étais à l’université. Mes études se passaient bien et pour beaucoup, je n’avais pas de problème particulier. D’ailleurs, je pense que je n’en avais pas si ce n’est cet énorme vide et ce manque d’amour que je ressentais. Je ne savais absolument pas expliquer d’où cela venait… Mes parents ne me disaient pas qu’ils m’aimaient mais leurs actes le montrait. Malgré cela, je ne me sentais pas aimée… Chaque jour, je me levais en pleurs parce que j’étais encore en vie. Cette vie que je trouvais injuste ! Pourquoi des personnes qui ne voulaient pas mourir perdaient la vie alors que moi je n’attendais que ça : mourir ! Lorsque je prenais la voiture, je m’imaginais provoquer un accident pour perdre la vie mais chaque fois que j’étais sur le point de mettre mon plan à exécution, une voiture apparaissait et ne voulant pas mettre en péril la vie d’autres personnes, mon plan tombait systématiquement à l’eau. Être en vie m’était insupportable et je n’arrivais pas expliquer pourquoi…

Et puis un soir du 24 Décembre 2012, alors que j’étais dans ma chambre à penser à quel point personne ne m’aimait et qu’il était préférable que je meurs, je me suis sentie envahie d’amour ! C’était un amour que je n’avais jamais expérimenté, jamais ressenti ! C’était fort et doux à la fois. C’était pas l’amour que pouvait me porter mes parents ni celui que l’on peut porter à quelqu’un d’humain. Ça dépassait tout entendement ! Je ne saurai pas expliquer comment mais ce soir là, je savais que Dieu m’avait visitée mais ce que je ne savais pas, c’est qu’Il avait laissé une trace indélébile dans mon coeur. Le lendemain, comme le voulait la tradition dans ma famille, nous sommes allés à l’Église (nous y allions maximum 2 fois par an) mais ce jour-là, c’était différent. En quittant l’Église, j’ai regardé la croix et j’ai senti Jésus murmurer à mon coeur : « Tu ne peux pas dire que personne t’aime. Je suis mort à la croix pour toi. Je t’aime ». Ce jour-là, ma vie a définitivement changé et j’ai compris que ce vide que je ressentais était dû au fait que je ne connaissais pas Jésus. Quelqu’un a dit que notre coeur à la forme d’un vide en forme de Dieu. Cette idée veut que seul Dieu peut combler notre coeur et pour l’avoir expérimenté, je peux confirmer que seul son amour a été capable de remplir chaque recoin de mon coeur .